Communiqué de Presse

Mérignac, le 08 octobre 2013

LE GROUPE SODIVAL PROPOSE UN RECLASSEMENT CHEZ CULTURA À CHACUN DES SALARIÉS DE MILONGA

Après la liquidation de l’enseigne Milonga avec cessation d’activités, prononcée par le Tribunal de commerce de Marseille mercredi dernier, le groupe Sodival travaille avec le mandataire judiciaire à l’identification des meilleures solutions pour les salariés de Milonga.

Ainsi, à la demande du groupe Sodival, et comme cela vient d’être annoncé au Comité d’Entreprise de Milonga, 253 propositions de postes vont être faites aux 163 salariés de Milonga pour qu’ils puissent rejoindre l’enseigne Cultura.

Ces propositions de postes tiennent compte, autant que possible, des profils et des régions d’implantation actuelle des salariés de Milonga. L’enseigne Cultura a par ailleurs mis en place une cellule de reclassement visant à écouter et rencontrer chaque salarié Milonga souhaitant examiner un reclassement potentiel et un nouveau départ professionnel au sein de Cultura.

Sodival souhaite ainsi permettre aux salariés de Milonga de trouver une solution positive à la situation dans laquelle ils se trouvent après la liquidation de Milonga. Ces reclassements permettront par ailleurs d’accompagner le développement actuel de l’enseigne Cultura.

Les propositions de postes ont été présentées dans le détail par le mandataire judiciaire dans le cadre du comité d’entreprise qui s’est réuni lundi 7 octobre 2013.

A propos de Sodival

Sodival est une société d’investissements indépendante dédiée aux loisirs culturels et artistiques. Elle a fondé l’enseigne Cultura en 1998 et a repris l’enseigne Milonga, 8 ans après sa création, en 2008. Elle est également à l’origine de la création de l’enseigne Art et Compagnie.
Pour toute information : Valérie TOUATI, v.touati|at|sodival.net







Communiqué de Presse

Mérignac, le 02 octobre 2013

LA LIQUIDATION ET LA CESSATION D’ACTIVITÉ DE MILONGA ONT ÉTÉ PRONONCÉES CE JOUR PAR LE TRIBUNAL.

Le Tribunal de commerce de Marseille vient de prononcer ce jour la liquidation et la cessation d’activité de l’enseigne Milonga. La société Sodival, propriétaire de Milonga, prend acte de cette décision.

Même si cette issue est apparue incontournable pour une activité qui s’est révélée année après année irrémédiablement déficitaire, le groupe Sodival, qui a beaucoup investi dans cette enseigne, regrette que d’autres voies n’aient pu être trouvées.

Depuis 2008, Sodival a engagé une politique d’investissements massifs qui n’ont pas suffi à rendre viable une entreprise qui de surcroît au cours des derniers mois a dû faire face aux difficultés économiques rencontrées par tous les acteurs de ce secteur d’activité.
Malgré les efforts importants des uns et des autres, la société Milonga s’est trouvée en redressement judiciaire à la fin du mois de Juillet 2013.


Devant la baisse radicale du chiffre d’affaires observée en Septembre et en l’absence de manifestations d’intérêt de la part de repreneurs potentiels, la liquidation et la cessation d’activité ont donc été décidées par le Tribunal.



Les dirigeants de Sodival pensent aux salariés confrontés à cette situation difficile.
Ils leur expriment leurs remerciements pour leur engagement au cours de ces années d’activité et pour la passion de la musique qu’ils ont su mettre au service des clients de l’enseigne.
Pour toute information : contact|at|sodival.net







Communiqué de Presse

Mérignac, le 30 septembre 2013

Au moment où chacun attend la décision du tribunal de commerce de Marseille, devant statuer le 2 octobre prochain sur l’avenir de Milonga, des manifestations et des prises de parole ont lieu et détournent la vérité des faits, visant à défendre quelques intérêts particuliers.

Même si l’inquiétude des salariés est parfaitement légitime et si des manifestations de désarroi peuvent s’expliquer, il est important que chacun ait connaissance des éléments qui ont conduit l’enseigne à la situation d’aujourd’hui.

Sodival, société actionnaire de Milonga, a racheté l’entreprise en 2008, alors qu’elle était dans une situation lourdement déficitaire et cela, depuis sa création en 2000.
La situation de Milonga nécessitait dès 2008 des mesures d’urgence. C’est la raison pour laquelle les actionnaires fondateurs, lassés d’injecter des fonds depuis 8 ans, avaient recherché un repreneur.

Pendant 5 ans, Sodival s’est engagé dans une action de redressement de Milonga.
Des fonds très significatifs se chiffrant à plusieurs millions d’euros ont été injectés entre 2008 et 2012, afin de palier à la fois au déficit structurel de Milonga et permettre à l’entreprise de trouver un positionnement commercial et économique lui permettant d’assurer son existence.

Fin 2012, confronté à la crise du secteur, et alors que la situation de Milonga demeurait critique malgré tous les efforts et investissements réalisés, des mesures de restructuration ont été engagées.
L’enseigne Cultura, également détenue par Sodival, a été conviée par son actionnaire, là où cela présentait du sens pour elle, à racheter 4 points de vente Milonga, largement déficitaires, ainsi qu’une partie des stocks, ce qui a permis d’une part de sauver durablement 40 emplois, et apporté d’autre part à Milonga 4 millions d’euros permettant ainsi à l’enseigne d’espérer poursuivre son activité.
Paradoxalement, l’action de Cultura vis-à-vis de Milonga lui est maintenant reprochée par certains...
En juillet 2013, malgré le nouvel apport en trésorerie lié à la vente des 4 magasins et d’une partie du stock, l’entreprise, structurellement déficitaire, s’est trouvée en situation de cessation de paiement ce qui a conduit au placement de Milonga en redressement judiciaire.
Depuis la publication des appels d’offres, aucun repreneur ne s’est manifesté.
C’est dans ce contexte que Sodival déplore, que l’administrateur judiciaire a malheureusement demandé au tribunal de prononcer la liquidation de l’entreprise.
Pour toute information : contact|at|sodival.net







Communiqué de Presse

Mérignac, le 10 septembre 2013

INFORMATION CONCERNANT LES FAITS
QUI ONT CONDUIT À LA PROCEDURE DE REDRESSEMENT
JUDICIAIRE DE L’ENSEIGNE MILONGA

En 13 années d’existence, l’enseigne Milonga, créée en 2000 n’a connu que des exercices déficitaires. En 2008, le groupe Sodival, société d’investissements dédiée aux loisirs culturels et artistiques, déjà actionnaire de l’enseigne Cultura, a repris Milonga à la demande de ses fondateurs et actionnaires historiques, eux mêmes lassés de réinjecter des fonds chaque année pour la survie de l’entreprise.

Plutôt que d’opter pour une simple stratégie de réduction des coûts, Sodival, accordant sa confiance à l’équipe de direction en place, a choisi d’investir massivement dans l’enseigne pour lui permettre de développer son chiffre d’affaires.
La refonte du concept, le « remodeling » de certains magasins, l’ouverture de nouveaux magasins, le développement de marques propres et le renforcement général de l’offre commerciale ont permis de faire croître le chiffre d’affaires de 24% sur la période 2008/2011.
Toutefois, cette relative réussite commerciale n’a pas permis à l’entreprise de se redresser. Dans le même temps, les frais se sont développés au même rythme voire à un rythme supérieur et des difficultés opérationnelles dues à une mauvaise gestion des stocks et à l’inadéquation des structures de gammes, ont continué de détériorer la marge et le résultat de l’entreprise. A partir de 2011, devant la situation très dégradée, un changement de direction générale a été décidé, mais la situation économique générale que traverse notre pays a accéléré en 2012 les difficultés de Milonga, victime de la dégradation importante du marché de la musique (-15% annoncés par les fournisseurs en 2012 et début 2013).
La direction a du procéder alors à une réorganisation générale de l’entreprise et a présenté aux représentants des salariés un Plan de Sauvegarde de l’Emploi au 1er semestre 2013.

Cette restructuration a conduit l’enseigne Cultura à participer aux efforts de redressement, à la demande de son actionnaire, là où cela était compatible avec la stratégie de Cultura ; cela devait permettre de redonner quelques capacités financières à Milonga afin d’assurer le paiement des salaires au début de l’exercice 2013.
C’est la raison pour laquelle trois points de vente Milonga implantés au sein de magasins Cultura et le point de vente déficitaire de Nîmes mitoyen de celui de Cultura ont été vendus à Cultura : les fonds de commerce ont été rachetés par Cultura et l’ensemble des salariés ont intégré les équipes de Cultura.

En recherche urgente de financement courant Juillet, la décision de vendre à Cultura le stock de Milonga présent en logistique permet encore aujourd’hui à Milonga d’alléger ses charges tout en bénéficiant de la possibilité de réassort nécessaire à ses besoins.

Ce sont ainsi 4 millions d’euros de trésorerie que Milonga a pu récupérer par ces cessions, permettant d’amortir partiellement les pertes de 2012 et de payer salaires et fournisseurs jusqu’au mois de juillet. Toujours dans l’idée de soutenir Milonga, certaines fonctions supports comme la comptabilité et la gestion du système d’information ont été « sous-traitées » à Cultura pour en alléger le coût pour Milonga. C’est la raison pour laquelle certains collaborateurs de Cultura ont été formés aux besoins de Milonga.

Dans le cadre du Plan de Sauvegarde de l’Emploi négocié au premier semestre 2013, Cultura fut également mobilisée. L’enseigne a proposé ainsi 180 reclassements répartis dans toutes les fonctions et dans toutes les régions de France aux 50 salariés de Milonga touchés par le PSE. Mais 49 d’entre eux, ont préféré quitter l’entreprise aux conditions définies dans le PSE.

Toujours en Juillet 2013, alors que le PSE venait d’être signé à l’issue de longs mois de discussions et que la situation commerciale et économique de l’entreprise continuait à se dégrader, certains établissements bancaires ont décidé de retirer leurs concours financiers, privant ainsi Milonga des moyens de fonctionnement courant.

Cette nouvelle donne a amené le conseil d’administration à prendre la décision du redressement judiciaire.

Le placement en redressement judiciaire a stoppé la mise en oeuvre du PSE. Les 49 salariés qui devaient quitter l’entreprise continuent d’appartenir aux effectifs de Milonga même s’ils ne disposent plus de lieu de travail. Cette situation, bien sûr difficile pour ces salariés, leur assure le paiement de leur salaire et les conduit à bénéficier, au même titre que l’ensemble des autres salariés de l’entreprise, des mêmes mesures décidées par l’administrateur judiciaire et des opportunités qui pourront se présenter dans le cadre du redressement judiciaire.

Sodival et la direction de Milonga souhaitent que le redressement judiciaire permette à l’entreprise de sortir enfin de la situation économique et financière dans laquelle elle se situe. Elles sont pleinement conscientes des conséquences de cette situation pour les salariés de Milonga et de l’incertitude qu’elle génère et mettent tout en oeuvre pour trouver des solutions satisfaisantes pour tous.

Même si des paroles excessives sont prononcées ça et là et que des contre-vérités sont portées pour défendre quelques intérêts particuliers, Sodival, aux côtés du directeur général de Milonga qui chaque jour échange avec les salariés de Milonga dans les magasins, sait pouvoir compter sur la loyauté et l’engagement des salariés pour qu’un avenir soit encore possible pour l’enseigne.
Pour toute information : contact|at|sodival.net
SOCIÉTÉ PAR ACTIONS SIMPLIFIÉE AU CAPITAL DE 7.265.277,96€
SIÈGE SOCIAL : HÉLIOPOLIS – AVENUE DE MAGUDAS 33700 MERIGNAC
415 176 684 RCS BORDEAUX